Des discrimations...

jeudi 4 mars 2010
par  SUD SOLIDAIRES 06
popularité : 41%

En France, comme en Europe et dans de nombreux pays des autres continents, l’immigration reste une question politique grave.

Les immigré-e-s vivent mal et les pouvoirs successifs traitent de façon indigne les sans-papiers, les demandeurs d’asile, leurs enfants.

Les préjugés donnent une configuration particulière aux débats dans ces domaines, d’autant que tout est mis en œuvre pour renforcer la peur de « l’autre » et présenter l’immigration uniquement comme un problème.

Dans une société où la parole raciste est aujourd’hui libérée, nous assistons à une véritable surenchère populiste et xénophobe à l’encontre des immigré-e-s, basée sur des mythes et des affirmations infondées, bien au-delà des seuls rangs de l’Extrême-droite.

Dans un tel contexte, lois après lois, les politiques de l’immigration et de l’asile sont toujours plus restrictives et plus répressives.

Premières victimes, les sans-papiers refusent de rester dans l’ombre et entretiennent leur visibilité afin de mieux témoigner de l’exploitation dont ils sont victimes, de leurs souffrances, de leur crainte constante d’être arrêtés et expulsés.

Ils se joignent aux luttes des travailleurs français.

Ils sont au cœur du mouvement social.

Parce que nous sommes citoyens mais aussi syndicalistes, défenseurs des droits fondamentaux de toutes et de tous, nous disons avec force que les immigré-e-s et les sans papiers ne sont pas des êtres humains et des salariés de « second rang », qu’ils ne mettent en danger ni la République ni le droit et que nous refusons la stratégie de mise en concurrence des travailleurs que l’on cherche à nous imposer.

Dans ce contexte, il existe 18 types de discriminations officiels.

Nous abordons ce soir les discriminations basées sur l’origine, l’appartenance à une ethnie, une nation, une race. Bien que le terme de « race » pourrait lui même être discutable : n’existe-t-il pas la « race humaine » ? Mais ceci est un autre débat. (Albert Jacquart)

Tout d’abord, qu’est-ce qu’une discrimination ?

La définition de la HALDE (la Haute Autorité de Lutte contre les Discriminations et pour l’Egalité) est une inégalité de traitement fondée sur un critère prohibé par la loi, dans un domaine visé par la loi.

La discrimination est un délit puni par la loi.

La loi prévoit des sanctions pouvant aller jusqu’à 45 000 € d’amende et 3 ans d’emprisonnement.

Certains employeurs de sans-papiers font preuve de discriminations, en refusant de leur fournir un contrat de travail ou en ne déclarant pas le nombre d’heures effectivement travaillées.

L’Etat, par l’intermédiaire des préfectures n’accordent pas toujours les documents aux demandeurs étrangers, même si ceux-ci ont tous les documents nécessaires.

Enfin juste un chiffre, tiré du 3ème baromètre sur les perceptions des discriminations dans les entreprises et la fonction publique, pour mettre en valeur le monde des discriminations :

L’origine ethnique reste son motif principal avec 32% des plaintes.

On retrouve en seconde position la discrimination pour grossesse avec 31% et les discriminations en raison du sexe à 26% des personnes interrogées.

Cela nous confirme que le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, il nous faudra aussi être présent et en nombre place Masséna à 18h00 pour participer à la manifestation organisée par le collectif 06 des droits des femmes.

[**

Les syndicats SUD-SOLIDAIRES resteront attentifs à toutes formes de discriminations et continueront à défendre les droits des « Sans papiers », et plus généralement les droits des êtres humains !!!
*]



Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur