Pôle Emploi : Tout est sous contrôle…ou presque !

COMMUNIQUE Fédération Solidaires Sud Emploi -20 mai 2015
jeudi 25 juin 2015
par  SUD SOLIDAIRES 06
popularité : 29%

Le Directeur Général de Pole Emploi prévoit la généralisation dans toutes les régions de plate formes dédiées au seul contrôle des chômeurs après en avoir expérimenté les modalités dans 4 régions pendant plusieurs mois. Pour justifier son choix , le DG publie une série de documents à destination du Conseil d’Administration et du Comité Central d’Entreprise qui se réunissent sur ce mois de mai.

La justification officielle : mieux accompagner les demandeurs d’emploi !

En caricaturant à peine le propos du Directeur Général, c’est dans l’intérêt des chômeurs et des agents chargés de les accompagner dans leurs démarches que ces modalités de contrôles à distance sont généralisées. Ainsi on trouve dans le texte du Directeur Général des phrases comme « La séparation du suivi des demandeurs d’emploi et de leur contrôle permet aux conseillers en charge du suivi d’être plus à l’aise dans leur relation de confiance avec les demandeurs. »

Sans rire !!

Les motivations de cette « police privée » de Pôle Emploi :

augmenter la pression sociale sur les agents de Pôle Emploi et sur les chômeurs !

Pour Solidaires Sud Emploi le but final de tous ces contrôles est bien plutôt de mettre la pression sur les agents pour les contraindre à prescrire coûte que coûte des prestations quasiment toutes sous traitées à des officines privées.

Simple hasard du calendrier (!!) c’est cet été que se déploient les tout nouveaux marchés « Activ’Emploi » et « Activ’projet » !

Il s’agit ainsi bien évidemment d’augmenter la pression sur les seuls demandeurs d’emploi pour qu’ils acceptent n’importe quel petit boulot sans sourciller, n’importe quelle action de formation même sans débouchés .

On présente une nouvelle fois le chômeur comme profiteur d’un système et non pas comme une victime des choix politiques actuels.

Contrôles généralisés ? Pas pour tous les usagers de Pôle Emploi ...

Si le Directeur Général était cohérent dans ses choix, après la multiplication et l’intensification des dispositifs de contrôles des chômeurs et des agents, il devrait en faire de même « dans leur intérêt » pour nos usagers « entreprises » ?

C’est tout le contraire qui se met en œuvre. Les entreprises peuvent enregistrer et diffuser leurs offres sans passer par un conseiller et maintenir des pratiques en terme de recrutements sans aucune dispositions contraignantes de la part de Pôle Emploi .

… et des conséquences en terme d’augmentation des tensions et agressions

Ce qui devrait mettre la puce à l’oreille , c’est la place importante réservée dans les textes du Directeur Général dans son « Kit de Déploiement » aux dispositifs de sécurité visant à accompagner le déploiement de ces plate formes de contrôle avec leurs 200 agents spécialisés . Le nombre des agressions verbales et physiques - déjà à un niveau élevé aujourd’hui- ne peut que s’amplifier avec cette généralisation à la Orwell du contrôle, de la défiance et de la suspicion contre les chômeurs. Avec toutes les conséquences évidentes sur les agents de Pôle Emploi.

Pour notre part, nous affirmons qu’en instaurant une « distance émotive » entre le Conseiller , le Contrôleur et la personne privée d’emploi, Pôle emploi ne vise qu’un gain en terme de sanctions et de radiations.

Pour arriver à faire inverser la courbe du chômage, tous les moyens seraient-il bons ?

Même les pires et les plus nauséabonds ?

Nous dénonçons la création d’une police anti-chômeur au sein de notre établissement.

Cette création est d’autant plus choquante qu’elle stigmatise le privé d’emploi déjà bien assez montré du doigt. Nous tenons, encore une fois, à réaffirmer que le demandeur d’emploi est, avant tout, victime d’un système d’économie ultralibéral qui privilégie les profits financiers les plus délirants au détriment de l’emploi.

Nous refusons de remplacer la relation de conseil, d’aide, d’accompagnement vers le retour à l’emploi des demandeurs d’emploi par une mission prioritaire de contrôle basé sur une suspicion généralisée et systématique.

Contacts Média : Emmanuelle Redon 06.76.47.96.93 / Daniel Mémain 06.72.90.66.32
Annexe : extraits « Kit de Déploiement » Pôle Emploi + en pièce jointe nos propositions Solidaires Sud Emploi « Manifeste pour une éthique professionnelle des agents de Pôle Emploi »

Annexe

1/ Extraits du « Kit de Déploiement »
document Direction Générale Pôle Emploi
sur la Généralisation du dispositif d’équipes dédiées au contrôle de la recherche d’emploi

Dans les documents à destination du Conseil d’Administration et du Comité Central d’Entreprise de Pôle Emploi , des mesures spécifiques de sécurisation sont décrites dans un long chapitre intitulé « l’Analyse Qualité de Vie au Travail » !!

Il y est ainsi précisé que « La sécurité au travail des conseillers en charge du dispositif de contrôle mais plus largement de tous les agents en contact avec le public fera l’objet d’une attention soutenue dans le cadre du projet par des actions de prévention. »

Il est constitué essentiellement de préconisations sur la prévention de « situations difficiles dans le cadre du contrôle » . Le Directeur Général parle de « tensions liées au contrôle », d’« alertes », de la création d’un nouveau « registre de sécurité ad hoc (…) avec ajout d’une mention ’incident suite à contrôle’ »

« Au moment de l’installation des équipes [ndlr dédiées au contrôle], le responsable régional sécurité sensibilisera les conseillers en charge du contrôle, sur la prévention des situations d’agression. » (…)

« Les conseillers de l’équipe dédiée peuvent solliciter la ligne d’écoute en cas de besoin. »

Comme le demandeur d’emploi sera averti du contrôle en cours sur son dossier voici quelques préconisations du « Kit de Déploiement » du DG Pôle Emploi :

« Les courriers insisteront sur le fait de contacter directement l’équipe dédiée au contrôle plutôt que de se rendre en agence de proximité. Par ailleurs, les courriers feront mention d’une adresse Boite Postale afin d’éviter que des demandeurs d’emploi se présentent directement sur le lieu de travail de l’équipe dédiée. »

« Le manager de l’accueil [ndlr des agences de proximité] sera destinataire de la liste des demandeurs d’emploi faisant l’objet d’un contrôle afin de prévenir les risques d’incident en accueil physique. Les managers des agences de proximité disposeront d’un numéro de ligne directe ad hoc permettant de réagir au plus vite aux situations les plus difficiles en demandant d’arrêter le contrôle. A l’inverse, le manager de l’équipe dédiée qui identifiera des situations à risque se rapprochera du directeur d’agence concerné afin de prendre les mesures de prévention adéquates. »

(…) « le conseiller en charge du contrôle ne gère pas les demandeurs d’emploi de la commune où il vit, ni de la zone de compétence de l’agence d’où il vient s’il était conseiller en agence. Dans la situation où il réalise un entretien physique dans une agence de proximité, il a accès à l’alerte silencieuse. » !!!
(...)
« Les entretiens physiques réalisés sur l’agence de rattachement du demandeur d’emploi génèrent pour les conseillers de l’équipe dédiée un risque routier. L’usage de l’entretien physique sera circonscrit aux contrôles nécessitant une instruction plus poussée. Le responsable régional de sécurité sensibilisera les conseillers de l’équipe à ce risque. »



Navigation

Articles de la rubrique

  • Pôle Emploi : Tout est sous contrôle…ou presque !